Le Parc Masoala

parc-masoala1gparc-masoala2gMasoala, le plus grand Parc National de Madagascar, est l’un des derniers endroits du pays où la forêt pluviale rencontre la mer. Le Parc protège la forêt à partir de la côte jusqu’au sommet des montagnes et trois parcs marins protègent d’importants récifs coralliens.

parc-masoala3gparc-masoala4gUn rivage non dégradé et des forêts d’une grande richesse biologique reste à découvrir sur la presqu’île de Masoala et sur l’île forestière de Nosy Mangabe.
Masoala est une excellente destination aussi bien pour les touristes que pour les chercheurs.

parc-masoala5La faune marine
Les inventaires récents montrent une diversité élevée de coraux à Masoala. 164 espèces de coraux y sont recensées, et elles créent des récifs spectaculaires aussi parmi la faune marine :

– 4 espèces de Cétacés dont deux baleines (la baleine à bosse et la baleine franche australe) et deux dauphins (le grand dauphin et le dauphin à ventre rose) ont été observées à Masoala.
– 4 espèces de tortues de mer

– 27 espèces de concombres de mer
– 300 espèces de poissons récifaux
– le dugong
– des raies et requins récifaux

parc-masoala6gLa faune terrestre
La faune de Masoala et des réserves environnantes est une véritable vitrine de la biodiversité malgache. C’est la faune typique des régions tropicales humides. On recense une très grande diversité de reptiles et d’amphibiens dont plus de 95% des espèces sont endémiques.
Mais Masoala est aussi un endroit privilégié pour observer les particularités de la faune malgache, cette faune qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. En tant qu’une des dernières grandes forêts intactes de Madagascar, Masoala abrite un nombre importants d’espèces et c’est un plaisir de partir à la recherche des espèces les plus rares du monde, comme l’Aigle serpentaire en sachant que les rencontres surprenantes seront nombreuses. Vous pourrez observer les péripéties des caméléons, ou encore vous émerveiller devant les formes étranges de certains insectes ou de créatures comme l’Uroplatus, tout en flânant dans ce paradis vert, bercé par les cris des grenouilles, des oiseaux et des lémuriens, toujours prêt à vous surprendre au détour d’un sentier.

parc-masoala7g.Les lémuriens
Dix espèces de lémuriens ont été recensées dans le Parc National Masoala. L’espèce Varecia variegata est représentée par une sous espèce endémique à la presqu’île : le vari roux (Varecia variegata rubra). Quatre de ces lémuriens de Masoala font parties de la catégorie des primates les plus menacés dans la liste rouge de l’UICN : Varecia variegata rubra, Allocebus trichotis, Daubentonia madagascariensis (Aye aye) et le Phaner furcifer.
Les Lémuriens font partie de l’ordre des primates et sont de lointains cousins des singes qui les auraient fait disparaître d’Afrique. On ne sait pas comment les lémuriens ont fait pour rejoindre Madagascar. C’est un des nombreux mystères de l’île, mais le fait est que Madagascar est le seul endroit où l’on peut observer ces mammifères diurnes ou nocturnes qui tous se déplacent avec agilité dans les hauteurs de la forêt dense.

parc-masoala8gLes oiseaux
On recense Quatre vingt dix espèces d’oiseaux terrestres dont soixante sont endémiques à Madagascar. Les inventaires des oiseaux ont mené la redécouverte de l’Aigle serpentaire (Eutriorchis astur) en 1993. Cette espèce est parmi les plus rares au monde. Le hibou rouge (Tyto soumagnei) a été rencontré pour la première fois sur la presqu’île.
Mais on peut rencontrer aussi plusieurs espèces de vangidae, famille endémique de Madagascar tout comme les couas principalement terrestres. La plupart des oiseaux forestiers malgaches sont endémiques et se camouflent avec agilité dans le feuillage, mais le regard perçant des guides vous aidera à profiter des scènes de vies quotidiennes des oiseaux de la forêt.

parc-masoala9gLes reptiles
Les quelques inventaires effectués dans cette région ont permis de recenser soixante neuf espèces de reptiles, y compris quelques espèces endémiques à Masoala.
Les caméléons sont réputés surtout pour trois caractéristiques. Tout d’abord, ils sont capables de bouger chaque œil indépendamment l’un de l’autre et peuvent regarder dans toutes les directions sans bouger la tête. Ce système de vision très particulier leur permet de viser avec précision la proie qu’ils comptent attraper avec leur très longues langues, parfois plus grandes que le corps même du caméléon. Mais leur  » spécialité  » est bien leur capacité à changer de couleur, ceci aussi bien dans un but de camouflage que parfois comme  » langage  » lors d’échanges sociaux (affrontement et parades nuptiales). Les serpents sont aussi représentés mais ils sont tous aussi inoffensifs que ce boa malgache qui étouffe ses proies. Le genre Phelsuma comprend les geckos diurnes emblématiques de Madagascar. Ces geckos sont généralement reconnaissables à leurs teintes vertes et aux taches rouges présentes sur le corps.

parc-masoala10gLa flore
2435 espèces de plantes ont été recensées à Masoala y compris la plante carnivore de Masoala (Nepenthes masoalensis), les orchidées endémiques, et palmiers comme le Voanioala gerardii, Marojejya darianii, Masoala madagascariensis.

Le Relais du Masoala
Parc National Masoala


There are no comments

Add yours